Back click on the pictures to have it in good quality

ZOÉ  CAPPON

Son  immersion in situ dans les ruines du 11 septembre, avait largement inspiré Zoé Cappon lors d'un stage new yorkais, après avoir décroché son diplôme à l'Ecole Supérieure d'Art Visuel de Genève. Le dramaturge Fernando Arrabal n'était pas resté indifférent à sa démarche artistique du moment, en lui dédiant un texte inspiré et inédit.
A la réflexion a succédé la fermentation. Un goût affirmé pour la terrible marginalité des choses, a orienté l'artiste vers d'autres rivages, où la poésie n'est pas absente.

Zoé Cappon nous revient avec des petites sculptures intimistes, déclinées principalement dans quelque cadre rural oublié. Celui des idiots de village que les enfants de jadis adoraient persécuter en leur courant après, voire pire.
Le résultat ?
Un mélange détonnant d'humour et de poésie, où des personnages lunaires mais profondément humains traînent leurs petites obsesssions, leurs rêves inachevés et leur quête d'infini.
La facture est expressive, pleine de délicatesse et de clins d'oeil. Les regards sont souvent brillants, parfois inquiets, attendrissants, fixant le vide avec insistance. Dans leurs postures étranges, les personnages de Zoé Cappon affrontent une logique de l'absurde trempée dans la vie, la mort, la foi, l'enfance mal digérée et le sexe interdit, avec une égale ingénuité. Ils sont les clowns blancs que cette consanguinité parfois vécue dans les campagnes, a figés dans leurs manies quotidiennes.
Heureux les simples d'esprit, car ils verront le Paradis, avait dit le Juif Jésus (Yeschoua ben Yossef).

Cela nous mène vers cette famille de Juifs très pieux, des "Loubavitch sur canapé", grandeur nature, que Zoé Cappon a croqués sur le vif. Elle les a fréquentés à New York en 2001, dans le sillage du cataclysme qui semblait annoncer l'atterrissage du Messie à Central Park. Même si leur regard et leur dégaine dégagent aussi une forme pittoresque d'ingénuité, ils reflètent ici ce savoir remontant du fond des âges, ainsi que cette sagesse leur permettant de lever un coin du voile et d'entrevoir l'Invisible.

Santo Cappon

HAAS & FISCHER - Sihlhallenstrasse 19 - 8004 Zürich
Season Opening 2009 : Jonathan Delachaux
Project Space : Zoé Cappon
August 27 Through October 17, 2009